Le Cracheur de feu de Marie-Agnès AZUELOS

« J’ai eu trente-deux ans il y a exactement un mois. Ma femme est morte depuis 24 heures et à chaque respiration, mon sang passant dans les poumons se charge de sa mort qu’il emmène dans tout mon corps. J’ai mal. Je n’ai ni cœur ni estomac, j’ai du mal. Partout.
On m’a téléphoné hier soir, il fallait que je vienne à l’hôpital tout de suite. J’ai enfilé son manteau à l’enfant, comme sur un mannequin. Mais les boutons de bois avaient grossi en quelques secondes et je ne pouvais plus les passer dans les boutonnières. Pourtant je m’appliquais, je faisais ça bien doucement.
Le téléphone a sonné de nouveau, c’était le médecin, il m’a dit, « je suis désolé » alors j’ai posé la question pour que quelque chose vienne de l’horreur.
Il souffla.
« On l’a perdue. »

par Léa
Personnage emblématique des éditions, je donne l'actualité de la maison !

commentaires

commenter cet article

[Connexion]