Le Ciel bleu n’est pas photogénique d’Astrid DE LAAGE (extrait 2)

Sur une île, chaque jour est différent si l’on sait observer les signes et interpréter les changements infimes du ciel, de l’eau et du vent. Elle aimait la beauté, se lever tôt le matin pour voir la mer changer de couleur et de texture, pour écouter ses pulsations. Qui lui avait dit que tout ce bleu était envahissant, que ça vous oppressait l’hiver ? Il fallait apprendre à savourer chaque minute. Et ne pas se poser trop de questions, comme Phoebe, son amie anglaise, qu’une sorte de glacis semblait protéger de la violence des sentiments. Avec Phoebe, elle avait toujours l’impression d’être jugée, elle et ses besoins vitaux, manger, nager, faire l’amour. Vivre en un mot. Vivre. Elle prenait plaisir à cuisiner, alors que Phoebe trouvait cela trivial, la cuisine. Ce n’était pas assez intellectuel pour elle. Olga pouvait passer des heures à élaborer des plats, à condition que Luc ne vienne pas tourner autour des casseroles.

par Julia

commentaires

commenter cet article

[Connexion]