L’Oiseau de nuit de Philippe LECLERCQ (Extrait)

J’ai cherché les couleurs de la vie dans les replis du manteau noir de la nuit. La lumière blafarde des lampadaires, l’hiver, les ombres dansantes projetées sur les murs par les bougies et les loupiotes, la musique des promesses insensées, les mots maladroits volés après un cocktail de trop, les reflets argentés de la dentelle dévoilée avant le petit matin m’ont offert des voyages étincelants, des lagons enchanteurs et des vallées encore vierges où les rires sont libres comme des cascades.

J’ai fui le jour et ses terribles vérités, plus obscènes dans leur implacable ordonnancement que mes pas de côté, si facilement condamnés.

J’ai été l’enfant que le monde des adultes m’interdisait d’être.

Pierre Beaulieu

par Julia

commentaires

commenter cet article

[Connexion]