Hier, il sera trop tard de Geneviève STEINLING (extrait 2)

Il arrivait que j’entende du bruit qui venait du grenier même quand la trappe était fermée et que Jean-Jacques ne se trouvait pas dans la maison.
Rats ou chauves-souris ?
Et si c’était le spectre de Madeleine ?
Ce soir-là, la voix mystérieuse des deux premières nuits est revenue à mes oreilles.
Mon imagination a déferlé tous azimuts avec des hypothèses plus abracadabrantes les unes que les autres. J’édifiais, entre autres, un scénario dans lequel Madeleine était retenue prisonnière.
Me demandait-elle de chercher du secours ?
Était-ce désormais trop tard pour elle ?
Ou pour moi ?
Ou pour les deux ?

par Sophie

commentaires

commenter cet article

[Connexion]