Feu majuscule de Annie-Martine BLANC

« Il s’était longtemps demandé comment l’approcher. Curieusement, à son âge, il restait encore meurtri par une adolescence timide et complexée qui le tenait à distance des femmes qu’il estimait inabordables. Pourtant, depuis qu’il l’avait retrouvée par hasard dans le quartier où elle travaillait, il n’avait plus jamais cessé de penser à elle. Alors, il était revenu sans motif, rien que pour l’entr’apercevoir, prétextant qu’il passait par là.
Louise n’avait pas été dupe. Elle avait trouvé cette gaucherie charmante. Elle n’y avait pas été insensible non plus. À la fois intimidée et intriguée par cet homme, elle avait ressenti une attirance assez singulière. Une de celles éprouvées face à un ours, entre crainte et fascination. »

par Léa
Personnage emblématique des éditions, je donne l'actualité de la maison !

commentaires

commenter cet article

[Connexion]