Conciliabule avec mon père de Julien DELHORNE

« Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé », écrivit Lamartine. Alors, on prend conscience que le silence, parfois, s’est installé entre un père et son fils, alors que la parole aurait dû s’imposer !
Aujourd’hui, je vais reprendre, au fil de ces pages, avec toi, mon cher papa, cette discussion que je n’ai pas jugée nécessaire auparavant, et que ton départ me fait regretter à présent.
Je t’invite donc à ce « conciliabule au-delà de l’absence »…

par Léa
Personnage emblématique des éditions, je donne l'actualité de la maison !

commentaires

commenter cet article

[Connexion]