Le Goût des Livres du 7 novembre 2018

Ce mercredi soir nous mettions à l’honneur deux nouveautés dans notre collection personnelle et deux nouveaux auteurs qui rejoignent LEA pour notre plus grand plaisir : Fabien Gabrion avec Je m’appelais Cecil et Laurent Koessler avec Les Vautours d’Ohara.

Nous commençons cette chaleureuse soirée par notre clip afin que les invités puissent découvrir ou redécouvrir notre maison.

Puis, place aux interviews des auteurs, menés par Bruno Géni-Ochin, notre président et fondateur.

Laurent Koessler, auteur des Vautours d’Ohara, nous confie sa passion pour l’Irlande, qu’il n’a pourtant jamais visitée. Riche de contes et légendes, ce pays mystérieux a été sa principale source d’inspiration. Séduit par son ambiance, ce fut pour lui comme une évidence d’y faire évoluer ses personnages.

Les Vautours d'Ohara
Laurent Koessler

Salthill, fougueuse terre d'Irlande, est connue pour ses falaises à couper le souffle, sa fabrique de whisky, son pub à la renommée internationale.

C'est ici que, presque vingt ans plus tard, la réapparition d'Ella va confronter Alan Kennedy aux zones d'ombres de cet été 1996 à l'épilogue douloureux.

Sentiments bousculés, trahisons, meurtre... Sa vie jusqu'ici rangée de respectable père de famille va connaître une trajectoire implosive.

Des allégations de ce teigneux lieutenant de police à celle de son épouse Rose, sa survie va dépendre de ses capacités à tisser un fil entre les mensonges du passé et les vérités d'une présent ravagé.

Pour retrouver un assassin, mais également pour comprendre qui, au fond, Alan est vraiment...

Fabien Gabrion, quant à lui, nous entraîne dans un tout autre contexte avec son roman Je m’appelais Cecil. Ce titre, qui donne la parole à un animal lâchement assassiné, fait référence à l’événement tragique survenu en 2015 au Zimbabwe, qui a poussé l’auteur à écrire. Suite à la mort de ce lion, il fallait qu’il retranscrive une histoire, qu’il fasse passer un message...

Les deux auteurs concluent en remerciant LEA pour son accompagnement dans le cheminement de correction et d’écriture ainsi que pour la création des couvertures des ouvrages, issues d’une étroite collaboration entre auteur et éditeur. Le côté humain de LEA est parfaitement illustré lors de cette jolie soirée qui se termine par des échanges avec les invités autour d’un cocktail.

par Julia

commentaires

commenter cet article

[Connexion]