Le Goût des Livres du 24 septembre 2018

Pour ce troisième Goût des Livres de la saison, LEA recevait deux nouvelles auteures : Corinne Laporte du Montel et Nathalie Paz.

Cette nouvelle soirée démarre avec la présentation de la maison d’édition grâce au clip, puis la première invitée prend place devant le public.

Corinne Laporte du Montel, joyeuse auteure du conte jeunesse Le Chat Moussik et son maître Nicolas, nous explique qu’elle a eu l’idée d’écrire cette histoire à force de rencontrer des compositeurs, des artistes dans leur bulle, incompris voire capricieux. Elle a ainsi voulu faire comprendre la musique contemporaine. Elle ne voulait pas rester dans une relation maître-enfant, elle a donc préféré maître-chat, en s’inspirant d’un compositeur qui avait un chat... nommé Moussik !
Corinne Laporte du Montel n’a pas seulement écrit ce conte déluré, elle a également composé deux livres sur la peinture avec une amie, et de nombreux spectacles pour enfants et adultes. Elle a de nombreux projets en cours : un conte chinois (depuis plusieurs années) et un roman.
Finalement, elle clôt l’interview en rappelant qu’elle a apprécié le travail avec LEA et en particulier le travail lié à la couverture : des pattes de chat, superbe idée !

De temps en temps, Nicolas sortait de la maison sous un prétexte ou un autre, pour être un peu tranquille. Il ne se doutait pas que Moussik le suivait en se cachant derrière les haies et les troncs d’arbres qui longeaient la route. Nicolas chantait à pleine voix des airs de sa composition, des Ta ta ta pouët plic tchaak et les notait au dos de ses listes de courses. La plupart du temps, comme il n’était pas très satisfait de ce qu’il avait écrit, il roulait les petits papiers en boule et les jetait par– dessus son épaule.

Moussik les ramassait, les dépliait, lisait attentivement les Ta ta ta pouët plic tchaak et les rangeait avec soin dans une boîte à sardines. Il avait appris à lire la musique, assis sur les genoux de son maître qui était au piano et lui expliquait tout en détail. Parfois Moussik bâillait et se frottait les yeux au milieu d’une longue explication. Et Nicolas disait : « Nous allons nous en tenir là pour aujourd’hui. Tant pis pour toi, Moussik, tu ne seras jamais aussi fort que moi. » Et comme Moussik sentait que, dans le fond, cela lui faisait assez plaisir, il fermait les yeux, ronflait consciencieusement… et la leçon s’arrêtait net !

Le Chat Moussik et son maître Nicolas
Corinne Laporte du Montel

Nicolas aime son chat Moussik et son activité, la musique.

Tous les deux partagent de nombreux moments tendres et amusants, en se baladant et papotant.

Le Chat Moussik et son maître Nicolas est un conte rythmé par des comptine de chat de ravira tous les enfants.

Une courte page de pub avec la présentation de la collection Lea Poche, que LEA ne souhaite pas seulement vendre en librairie afin d’être abordable !
Le nouvel ouvrage de la collection Émotion est également présenté : Les Merveilles du Mont-Saint-Michel de Paul Féval, fac-similé de 1879.

Les Merveilles du Mont St. Michel
Paul Féval

Saint-Michel, étendard de ma patrie royale, premier fidèle, adorateur élevé au dessus de tous les anges et de tous les hommes et femmes qui adorent avec croyance. Paul Féval, historien, nous livre Les Merveilles du Mont Saint-Michel avec grandeur et bonheur.

Notre seconde auteure se présente : Nathalie Paz pour Insomnies.
Elle a rencontré LEA au Salon du Livre de Paris et a présenté son roman qu’elle a écrit en un an, car elle avait déjà les personnages en tête ainsi que la trame. Très active, elle a d’autres projets en cours : un roman pour les adultes et un pour les enfants ! Le fait d’être une auteure, d’avoir son nom écrit sur une couverture ainsi qu’un ISBN l’a ému.
Elle lit finalement un passage de son livre Insomnies, qui se passe près des vignobles où elle vit :

Un sentiment étrange l’envahit soudain, l’impression que quelqu’un se trouvait dans sa chambre et le regardait. Il se redressa dans son lit, scrutant la pénombre, il ne vit rien, ni personne. Les volets étaient entrebâillés, la fenêtre aussi, mais la nuit était trop sombre. Totalement réveillé, il chercha l’interrupteur de la lampe. Incrédule, il regardait la pièce vide. Il se dit que ce devait être le résultat d’un cauchemar dont il essaya de se souvenir… en vain. Il était trois heures du matin, il avait soif. Il se leva pour descendre à la cuisine chercher un verre d’eau. Instinctivement il ouvrit la porte de sa chambre avec lenteur et, éclairant le couloir, il vérifia que toutes les autres pièces de l’étage étaient bien fermées. Il descendit l’escalier, le séjour lui parut paisible. Il se dirigea vers la cuisine et remplit un verre d’eau, qu’il but appuyé sur l’évier. Le ciel qu’il voyait par la fenêtre était dégagé et constellé d’étoiles, la lune était réduite au croissant. Il ferait encore beau demain et sûrement aussi chaud qu’aujourd’hui, cela en devenait étouffant, sans le moindre filet d’air. Le mois de juin tout juste entamé, l’on se croyait déjà dans la fournaise du mois d’août !

Insomnies
Nathalie Paz

Trois personnages vont se croiser, se rencontrer dans un petit village du Tarn. Un vieil homme solitaire, impatient de rejoindre sa femme dans l’au-delà. Elle, qui parcourt la France à vélo, sans autre but que de fuir son passé et Lui, architecte parisien, de retour dans sa région d’origine à la suite d’une trahison amoureuse.

Que ce soit la tristesse, le souvenir d’un drame, ou l’impression d’une présence la nuit, l’insomnie les ronge. Tous trois, meurtris, vont par leurs rencontres successives se reconstruire et reprendre le goût du bonheur.

Nous revenons lundi 1er octobre pour une soirée spéciale : deux auteurs publient leur troisième ouvrage (Jean-Bruno Alexandre, Symphonie pour vos sens et Philippe Leclercq, L’Oiseau de nuit). Durant ce Goût des Livres, les nommés au prix LEA 2018 seront annoncés...

par Léa
Personnage emblématique des éditions, je donne l'actualité de la maison !

commentaires

commenter cet article

[Connexion]