Le Goût des livres du 11 octobre 2018

Jeudi dernier nous étions réunis chez LEA en l’honneur de la soirée spéciale L’oiseau de nuit de Philippe Leclercq.

Le traditionnel clip LEA ouvre le bal et met l’assemblée, essentiellement composée des proches de l’auteur et de quelques fans privilégiés, dans l’ambiance conviviale de notre maison.

"Philippe Leclercq : un auteur, trois romans." nous rappelle Bruno Géni-Ochin, notre fondateur. "Récompensé deux années de suite par le prix LEA, pour ses romans L’inconnue sur le banc et La Cabane."

Il en profite d’ailleurs pour rappeler aux lecteurs que le 10 décembre aura lieu le Prix LEA 2018, composé de cinq catégories ainsi que d’une distinction pour les ouvrages Jeunesse.

Puis, la présentation de notre maison d’édition se poursuit avec notre collection poche, mise en avant dans ce clip. Cette collection qui n’en est qu’a ses prémisses, puisqu’elle a vu le jour le 10 juillet dernier, marque une réelle évolution pour LEA et nous prévoyons la publication de nombreux autres ouvrages dans ce format très bientôt.

Il est ensuite plus que temps de présenter notre cher invité, pour l’occasion Bruno Géni-Ochin prend la parole :
"C’est un être adorable, authentique, un écrivain charismatique. Il se délecte des plaisirs de la vie avec un appétit raisonné, il aime les gens vrais et néanmoins sourit aux autres. Après un premier ouvrage très apprécié, L’inconnue sur le banc, primé au Prix LEA 2016 catégorie premier roman, son deuxième ouvrage, La cabane, lui aussi primé par le Prix LEA, catégorie Prix spécial Jury, un de mes coup de cœur, il vient ce soir nous présenter avec une certaine appréhension son troisième ouvrage L’oiseau de nuit. Un écrivain qui grandit et progresse encore dans son style."

Philippe Leclercq, a pris place aux côtés de Bruno et tout en émotion, commence ses remerciements. Il tient tout particulièrement à adresser un grand merci à notre auteure Anne-Sophie Le Bris pour sa relecture consciencieuse, à Sophie Wayolle pour ses corrections ainsi qu’à Véronique, Louison...
Il plaisante en jouant avec le titre de son nouveau roman L’oiseau de nuit et nous confie l’impatience de certains lecteurs sur les réseaux sociaux, qui apparemment se languissaient de la sortie "de son petit oiseau"...
Il avoue être plus impressionné ce soir que pour la sortie de son premier roman L’inconnue sur le banc, à ce moment-là il était inconscient, insouciant. Il avait écrit dans un élan sincère et ceux qu’ils pensaient choquer ne l’avaient pas été ! Le deuxième, La Cabane, fut pour lui une nouvelle expérience tout simplement. Mais avec le troisième il savait à quoi s’attendre et son envie de toujours surprendre et plaire à ses lecteurs l’a poussé à se surpasser, malgré l’appréhension des réactions de son public. L’oiseau de nuit est un autre format, selon l’auteur, plus complexe, avec un travail d’écriture plus ambitieux. Cet ouvrage invite à réfléchir sur le sens de la vie, lorsqu’on sort de la norme on a une vision de l’existence très intéressante !

Enfin, avant de passer aux dédicaces et de se restaurer, nous procédons au tirage au sort et ce soir deux heureux gagnants repartent avec L’inconnue sur le banc.

LEA remercie encore tous ses auteurs pour leur implication et leur humanité, et tous les lecteurs pour leur soutien précieux.

L'inconnue sur le banc
Philippe Leclercq

Après le décès brutal de son épouse, Éric plonge dans une solitude glacée et ne voit d'autre solution que l’exil en Bretagne, dans la demeure familiale, isolée à flanc de colline. Le quinquagénaire dépoussière son passé, découvre la monotonie des longues journées d’hiver et cède aux démons de son esprit.

Il pense son salut possible lorsqu’il rencontre Charlotte, jeune femme solitaire contemplant l’horizon sur un banc du port. Porteuse d'un mystérieux secret, elle va lui offrir l'éclat de sa jeunesse et l'ivresse de sa beauté. Mais elle est un ange noir qui menace l'horizon d’Éric...

La Cabane
Philippe Leclercq

Julien et Bérénice se donnent rendez-vous chaque mardi midi dans un lieu étrange, le Dôme.

Là, dans la chambre douze qu’ils baptisent La Cabane, le jeune homme et la prostituée s’aiment en secret.

Un amour contraint et douloureux, limité à deux heures de bonheur chaque semaine.

Jusqu’au jour où l’énigmatique Bérénice déclare à son compagnon tourmenté que leur amour va pouvoir devenir réalité, affranchie et éternelle.

L'oiseau de nuit
Philippe Leclercq

J'ai fui le jour et ses terribles vérités, plus obscènes que mes pas de côté si facilement condamnés.

Je glisse, je zigzague, je ricoche. Le mouvement est mon bras d'honneur à la mort.

Pierre Beaulieu, oiseau de nuit.

par Julia

commentaires

commenter cet article

[Connexion]