L’Oiseau de nuit de Philippe Leclercq

Philippe Leclercq signe son troisième roman, L’Oiseau de nuit...

A PROPOS DE L’AUTEUR :

Sa jeunesse se passe joyeusement dans les quartiers populaires de Couronnes – Ménilmontant dans le 20ème arrondissement de Paris.

L’été, ses grandes vacances se déroulent dans le Finistère natal de sa mère et terre d’adoption de son père ardennais, heureux de laisser derrière lui ses terres martyrisées par la guerre. Son enfance est heureuse, à l’exception des quelques séjours de longue durée à l’hôpital qui lui font prendre conscience de façon inquiète et lucide du caractère éphémère et dramatique de l’existence.

C’est véritablement lors de son adolescence que sa sensibilité rencontre la littérature. Au lycée il découvre ainsi avec passion Baudelaire, Rabelais, Montesquieu, Maupassant, Mishima et surtout Hermann Hesse dont le roman « Narcisse et Goldmund » rentre en résonnance avec tout son être. Ce livre est son livre de référence.

Après un parcours évolutif et sans faute, profitant d’une sortie de route en 2015, il répond enfin présent aux invitations de cette nature envoûtante de la presqu’île de Crozon. Cela fait longtemps qu’il pensait écrire une histoire s’y déroulant. Une histoire d’amour, un thriller, une réflexion philosophique, une histoire mystérieuse ou inquiétante.

MON AVIS :

Philippe Leclercq publie encore une fois un roman de vie, de réflexion. Axé de nouveau sur une figure masculine, L’Oiseau de nuit met en avant les introspections de Pierre Beaulieu, cadre quadragénaire volage... depuis son plus jeune âge.
Un bon roman qui explore le choix d’un mode de vie et les conséquences qui y sont liées et qui nous rattrapent un jour quoi que l’on fasse. Ce roman ne peut manquer de questionner nos frustrations et nos aspiration secrètes : il y a en chacun de nous la figure d’un Pierre Beaulieu.

par Clémentine
De l'éditorial à la communication web, je tente d'aider chaque auteur dans la création et la promotion de son livre !

commentaires

commenter cet article

[Connexion]